20 ans et autant d’avenir

Voilà 20 ans, le Laboratoire Départemental d’Analyses prenait ses quartiers à Ajain. Le 8 novembre dernier, à l’occasion de cet anniversaire, élus, personnel, partenaires…se sont retrouvés pour évoquer, certes, l’histoire de la structure, mais surtout son avenir.

20 ans et autant d'avenir

« 20 ans et autant d’avenir », tel était le slogan retenu pour l’anniversaire de l’implantation du Laboratoire Départemental d’Analyses à Ajain. En effet, le LDA affiche quelques années de plus à son compteur…Créé en 1952, ce n’est pourtant qu’en 1997 qu’il intègre ses locaux actuels, flambants neufs à l’époque, à Ajain, alors que pesait la menace d’un non-renouvellement de son accréditation pour la poursuite de ses activités.

Dans un département où l’on compte 3 vaches pour 1 habitant, ne plus avoir de Laboratoire départemental ne paraissait pas concevable. Aujourd’hui encore, le LDA réalise annuellement plus de 240 000 analyses de prises de sang dans le cadre de la seule prophylaxie, pour la Creuse. En comparaison, celui de la Haute-Vienne n’en compte que 160 000/an.

« Cet anniversaire nous permet d’abord de nous rappeler que depuis 20 années, notre laboratoire apporte une aide précieuse, de premier niveau, pour nos éleveurs et les professionnels des filières agricoles, agroalimentaires, et cela d’autant plus dans les moments extrêmement éprouvants de crises sanitaires que le monde de l’élevage a eu à traverser. Cet instant de convivialité nous donne l’occasion de mettre en avant les réussites et succès du Laboratoire départemental, puis, de consacrer un temps collectif aux réflexions et prospectives », a souligné, Valérie Simonet, Présidente du Département dont le Laboratoire dépend.

Après une matinée consacrée à l’accueil des scolaires (lycée Jean Favard, collèges Jules Marouzeau et Martin Nadaud de Guéret) pour la visite du site et la découverte des missions d’intervention, fut symboliquement planté l’arbre des 20 ans, en présence de Jean-Claude Leblois, Président du Département de la Haute-Vienne.

L’après-midi, fut accueillie, tout d’abord, Jeanne Brugère-Picoux, Professeure émérite à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort, membre de l’Académie de Médecine et de l’Académie Vétérinaire pour évoquer essentiellement la crise de la vache folle qui sévit en Europe, dès 1996. L’occasion de rappeler combien la France fut à la pointe de la gestion de la crise, par ses experts, son maillage territorial de laboratoires publics et une coordination de l’action de ces laboratoires avec les services de l’Etat (Direction Générale de l’Alimentation en particulier).

Puis, Bernard de Froment, ancien Président du Conseil Général de 1994 à 1997 et à l’origine de la construction du Laboratoire à Ajain, avocat de l’Assemblée des Départements de France, apporta son expertise sur les stratégies déployées par les Départements vis-à-vis de leurs laboratoires, le cadre légal dans lequel ils doivent évoluer et la Loi NOTRe, et les scenarios possibles de leur évolution juridique.

Dans un contexte national tendu sur le devenir des laboratoires publics départementaux, il s’agissait de définir leurs missions futures, avec une mise en perspective d’évolutions nécessaires, pour s’adapter et anticiper un environnement économique et juridique en perpétuelle mutation, tout en garantissant un niveau de compétences techniques élevé, avec des investissements matériels très lourds.

C’est dans ce cadre qu’une entente entre les Départements de la Creuse et de la Haute-Vienne pour une gestion intégrée de leurs laboratoires a été mise en place en 2016, afin d’optimiser les réponses aux défis sanitaires futurs de notre territoire.

Pour 2017, le budget prévisionnel de fonctionnement du LDA s’élevait 3 053 000€ dont 618 200 € de subvention d’équilibre versée par le Département.