Un patrimoine naturel toujours plus exceptionnel

La Réserve Naturelle Nationale de l’étang des Landes confirme son statut de haut-lieu de la botanique creusoise et limousine grâce à la découverte de 6 nouvelles espèces végétales d’intérêt patrimonial.

Un patrimoine naturel toujours plus exceptionnel

Plus souvent connue et reconnue pour la richesse de son avifaune, l’étang des Landes abrite également près de 500 espèces végétales, ce qui en fait un territoire particulièrement riche. L’une de ses originalités réside notamment dans la diversité des espèces végétales aquatiques et amphibies qui s’y développent abondamment. Celles-ci sont présentes dans l’étang et sur les berges en pentes douces qui se découvrent en été avec la baisse du niveau de l’eau.

Afin de mieux comprendre la répartition de ces espèces et de préciser l’originalité des groupements végétaux de la réserve, le Conseil départemental de la Creuse a confié au Conservatoire Botanique National du Massif central (CBN Massif central) la réalisation d’un catalogue des végétations aquatique et amphibie présentes.

En effet, fort de son expertise sur son territoire d’agrément, le CBN Massif central mène de nombreuses missions de connaissance et de préservation de la flore sauvage et des milieux naturels ainsi que des missions d’assistance technique et d’information auprès de nombreux publics.

Les premiers résultats ne se sont pas fait attendre ! 6 nouvelles espèces d’intérêt patrimonial ont été découvertes, venant ainsi s’ajouter à la longue liste des plantes rares et menacées qui font la richesse de la Réserve Naturelle.

Les experts du CBN Massif central ont notamment pu découvrir une Utriculaire, petite plante carnivore aux délicates fleurs jaunes qui semble endémique des étangs du centre de la France. Parmi les autres espèces aquatiques découvertes cet été, Chara fragifera est une algue verte qui n’était plus connue en Creuse depuis de nombreuses années et témoigne de l’amélioration de la qualité de l’eau de l’étang.
Cette amélioration est à mettre en relation avec la gestion active mise en place par le Conseil départemental de la Creuse (vidanges régulières et empoissonnement extensif).

Avec ces premiers résultats très encourageants, la suite de l’étude en cours de réalisation par les botanistes du CBN Massif central nous promet de nouvelles découvertes aussi belles qu’intéressantes.