« Une expérience humaine qui permet de voir l’envers du décor »

Elève en classe de seconde au lycée de Saint-Léonard-de-Noblat (87), Camille Gassana avait deux options pour terminer son année scolaire : faire un stage d’observation ou accomplir une mission d’intérêt général dans le cadre du Service National Universel. Le choix de cette haute-viennoise s’est porté sur une mission au sein de la Maison Départementale des Personnes Handicapées de la Creuse (MDPH).

« Une expérience humaine qui permet de voir l’envers du décor »

A l’entrée de la MDPH de la Creuse, la tenue de Camille ne trompe pas : t-shirt et casquette aux couleurs du SNU. Une tenue peu commune qui n’a cependant pas perturbé les usagers de la MDPH : « Certains ont remarqué ‘Ah le SNU, oui je connais un peu !’ Il y a quelques personnes qui ont réagi à mon t-shirt, mais sinon il n’y a pas eu plus de réactions que cela », raconte Camille Gassana.
Pour la jeune haute-viennoise, effectuer le SNU était pour elle une façon de montrer sa détermination : « Je me suis tournée vers le SNU car je me suis dit que ça pouvait être sympa. J’ai cherché un peu et je me suis inscrite car je trouvais que c’était une bonne expérience. Je pense que ça peut être un plus sur un CV, montrer que l’on n’a pas peur de bouger, que l’on peut prendre des initiatives, que l’on est capable de se débrouiller  ».

Si le choix de la jeune fille s’est porté sur la MDPH, ce n’est pas un hasard : « J’ai cherché et j’ai vu des missions à la Maison départementale. Je me suis dit que cela pourrait être intéressant. Ma mère est handicapée, je connaissais surtout le côté que l’on voit quand on est avec une personne handicapée, mais je ne connaissais pas le côté intérieur, administratif. Je me suis dit que c’était une expérience humaine pour voir l’envers du décor  ».

Même si Camille n’a passé que 12 jours au sein de la MDPH, elle a tout de même trouvé de quoi s’occuper : « Les matins, je m’occupais du courrier, je triais des dossiers… des tâches assez simples puisque je n’ai pas été là longtemps. Je ne pouvais pas vraiment faire ce que fait une personne qui est là depuis longtemps ». Camille était également présente pour accueillir les usagers et les guider : « Dès qu’il fallait ouvrir la porte, c’est moi qui y allais. Je les accueillais en leur demandant ce que je pouvais faire pour eux, parfois j’étais capable de leur répondre. »

Une prise d’initiative qui a fortement été appréciée par ses tuteurs, et notamment par Sylvie Boissier, directrice adjointe de la MDPH : « Quand elle pouvait répondre, elle le faisait avec plaisir et assurance. Je l’ai vue avec un usager en face d’elle et ça m’a fait plaisir, on voyait qu’elle prenait du plaisir et qu’elle y mettait tout son cœur ». Pourtant, l’arrivée de Camille au sein de la structure avait suscité quelques réserves, vite balayées par le professionnalisme de la jeune fille : « C’est toujours difficile car on a quand même des données qui sont très personnelles, à caractère médical et donc confidentielles », reconnaît Sylvie Boissier. « Tout est une question de confiance. Camille venait d’un autre département, elle était moins susceptible de rencontrer des gens qu’elle pourrait connaître. Il ne fallait pas mettre en difficulté, ni le jeune que l’on accueille, ni l’usager », affirme la directrice adjointe avant de poursuivre « j’étais un peu frileuse au début lorsque l’on a déposé une offre. Aujourd’hui, je le suis moins, je me dis que ce sera peut-être une expérience à renouveler. C’est aussi donner la possibilité aux jeunes de voir l’envers du décor, de voir ce qu’est l’administration. »

Une expérience appréciée, réussie des deux côtés, bien que jugée trop courte : « C’était la partie la plus intéressante de mes vacances », reconnait Camille. « J’aurais bien aimé rester plus longtemps ».

Et la jeune fille n’écarte pas l’éventualité de travailler plus tard dans le domaine social : « Mon projet serait d’être enseignante à l’université. Mais si ce projet n’aboutit pas, je serais ravie de venir travailler à la MDPH ou d’aller aider des gens. C’est génial de pouvoir aider les gens ».

 
Actualités archivées