Le chantier de la Clide bientôt lancé

Les travaux de la première section entre le lieu-dit « La Clide » et le carrefour de « La Seiglière », RD990, vont démarrer dès le 24 juillet, et pour plusieurs mois.

Le chantier de la Clide bientôt lancé

Valérie Simonet, Présidente du Département, Hélène Faivre, Vice-Présidente en charge des infrastructures, Jean-Paul Burjade, Maire de Moutier-Rozeille, et Geneviève Barat, Vice-Présidente du Conseil Régional en charge de la Ruralité, ont officiellement annoncé il y a quelques jours, le lancement des travaux d’aménagement de la 1ère section entre « La Clide » et le carrefour de « La Seiglière » pour le 24 juillet, en présence des élus du territoire, des entreprises, des riverains et des responsables techniques du projet.

C’est à « La Clide », au carrefour de la RD990 et de la RD982, que le lancement des travaux a officiellement été annoncé avant d’entrer plus dans les détails techniques au cours d’une réunion d’informations à la salle des fêtes de Moutier-Rozeille.

Cette première section de travaux, va s’étendre sur 2 km, entre le lieu-dit « La Clide » et la voie communale du « Bignat », avec création d’un créneau de dépassement d’environ 900 m.
Pendant toute la durée des travaux, soit entre 5 et 6 mois, la route sera fermée et déviée par la RD982 qui a été renforcée en conséquence, pour supporter l’augmentation du trafic. Ces travaux de renforcement représentent un investissement à hauteur de 180 000 €.

Cet ambitieux projet, très attendu, va mobiliser 2,7 millions d’euros pour cette première tranche cofinancés à 50% chacun par le Conseil départemental de la Creuse et le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine.

L’occasion également pour le Conseil départemental d’inaugurer un chantier « exemplaire » comme l’a souligné Valérie Simonet, au travers d’un label éco-chantier, inspiré des méthodes préconisées par la Fédération Nationale des Travaux Publics.
Dans ce cadre, des mesures de suppression, de réduction ou de compensation des impacts au titre des espèces protégées et de leurs habitats, des continuités écologiques et des zones humides, et suivies par un « expert Environnement », seront mises en œuvre.

Il s’agira notamment de limiter l’emprise des travaux, de réaliser les travaux sur des périodes respectant les cycles biologiques des espèces animales présentes. Le maillage bocager sera reconstitué, soit 800 m de haies replantées pour 750 m enlevées. Des zones humides et des abris reptiles et amphibiens vont être créés.

Pour ce faire, le Département va s’appuyer sur le savoir-faire des entreprises intervenant sur le chantier*. Celles-ci possèdent un système de certification intégré Qualité, Sécurité et Environnement suivant les référentiels ISO 9001 et 14001. Elles procèderont selon un schéma d’organisation de la gestion et de l’élimination des déchets de chantier.

Enfin, pour sa part, le Département a retenu les propositions de solutions innovantes et respectueuses de l’environnement formulées par les entreprises à l’occasion de la procédure de consultation ouverte à variantes pour les couches de chaussées.

Ainsi, seront utilisés des matériaux bitumineux tièdes, à forte capacité mécanique et composés de 30 % d’agrégats d’enrobés recyclés, permettant, par rapport à la solution de base, un gain de 31% en énergie, 31% en émission de gaz à effet de serre, et 45% en granulats/enrobés.

* SA Colas Sud-Ouest de La Brionne (mandataire) pour les chaussées, SAS TTPM de Aubusson pour le terrassement, Entreprise BOUILLOT BTP du Moutier d’Ahun pour la construction du passage agricole.